www.athle.fr
Accueil
g.i.f.a. - groupement des internationaux français d'athlétisme
Actualités
Marguerite MANTRAN : 100 ans !
Commentez cette actualité
28 Février 2016 - Gérard Delalandre (Webmaster)
Marguerite MANTRAN : 100 ans !

Marguerite, entre ses deux filles (derrière elle : son gendre)

C’est avec beaucoup de gentillesse que Marguerite MANTRAN-CADILHAC, entourée de ses filles et de son gendre, m’a accueillie dans sa maison de Poitiers et a bien voulu répondre à mes questions. Cette centenaire impressionnante par sa forme physique (elle fait facilement 20 ans de moins que son âge) évoque ses souvenirs avec animation. Son récit est d’autant plus intéressant qu’il témoigne d’une époque où les femmes étaient minoritaires dans le sport.

Par quels hasards Marguerite est-elle venue au sport ?

Tout a commencé dans son enfance à Rosny-sous-Bois, celle d’une petite-fille, dernière d’une fratrie de 6 enfants. Son père, employé des PTT, n’était pas un sportif. Il occupait ses loisirs au jardinage et produisait des légumes dont il nourrissait sa nombreuse famille. Pendant ce temps, Marguerite jouait, courait avec ses frères, participait à leurs matchs de football, et à son grand regret, restait reléguée au poste de gardien. Elle faisait, comme Monsieur Jourdain de la prose, du sport sans le savoir.

A l’école primaire de Rosny-sous-Bois, une heure de gym hebdomadaire, dans la cour ou dans le préau, lui fit découvrir, avec envie, le métier de professeur de gym. « C’est ce que je veux faire plus tard », pensa-t-elle. Après l’obtention du Certificat d’Études Primaire, elle entre à l’École Supérieure Sophie Germain pour préparer l’examen d’entrée à l’École Normale d’Instituteur. Là, nouvel encouragement, celui d’une directrice, madame BUREAU, qui aimait le sport. Elle prépare ensuite, à l’École Alsacienne et Lorraine de Paris, (rare établissement à s’intéresser au sport), l’entrée à l’Institut d’Éducation Physique et Sportive. A cette époque, Marguerite commence un petit entraînement dominical, sous la direction d’un maître d’armes, Monsieur PANDARIES : beaucoup de courses en groupe et quelques lancers de disque et de poids. Dans la semaine, agrès et 100 m avec madame PITTET. Ses excellents résultats au disque et au poids lui valent des sélections en Équipe de France. Après deux ans passés à l’Institut d’Éducation Physique et Sportive, elle sort major de sa promotion et se retrouve en 1940 nommée à Poitiers où elle vit aujourd’hui.

C’est donc pendant ses études que Marguerite connaît les joies des compétitions internationales, trois sélections entre 1936 et 1937. Au gré des sélections tant fédérales qu’universitaires quelques anecdotes lui sont restées : les survêtements et les chaussures à pointes fournis par les Officiels, tenue qu’il fallait rendre après le match ; des Jeux Universitaires en 1936 stoppés net en gare d’Austerlitz pour cause de guerre civile espagnole. Un match France-Italie en Italie où tous les sportifs français arboraient un œillet rouge à la boutonnière, en protestation à la politique de Mussolini. Un match France-Angleterre à Blackpool où l’on allait en bateau. Quelques précieuses photos aussi.

L’athlétisme a beaucoup compté pour Marguerite, elle est même persuadée qu’il lui a sauvé la vie pendant l’été 1944. Son inspecteur avait demandé aux professeurs de gym d’enseigner la natation à de futurs instituteurs et le groupe occupait un petit bassin sur un plan d’eau de Saint-Laurent sur Sèvres (près de Niort). Arrivent des Allemands qui veulent occuper les lieux, ce que refusent les professeurs qui avaient des ordres. Les Allemands s’en vont et reviennent avec un camion où tout le monde doit être embarqué. Or un des professeurs, Jacques MANTRAN, a la surprise de voir le chef qui parlait français s’adresser à lui pour discuter. Sujet de la discussion ? L’athlétisme. En effet, le chef allemand avait remarqué Jacques MANTRAN et avait reconnu en lui le sauteur en hauteur du match France-Allemagne à Munich quelques années plus tôt (1937). L’incident fut clos.

Après la guerre et la naissance de sa fille Michèle, Marguerite MANTRAN, reprit l’athlétisme en région parisienne où elle brilla en relais de club : championne de France sur 4X100 et 4X200 avec l’AL Paris. Pas mal pour une lanceuse.

De retour à Poitiers avec son mari Jacques, Marguerite a encadré tous les entraînements d’athlétisme de l’ESPPEC, et ce, pendant de longues années, pour découvrir les joies du golf, une fois la retraite arrivée.

L’athlétisme français lui doit beaucoup car elle a su transmettre le goût de l’effort à ses nombreuses élèves. Citons parmi elles, Geneviève HEYMANS-LARRIVIERE championne de France, 15 sélections en Équipe de France au lancer du poids entre 1953 et 1958 et une « petite » pétrie de qualités, qui allait construire un palmarès impressionnant sur les haies, le sprint et le pentathlon, Denise GUÉNARD-LABORIE, 21 fois championne de France, 47 sélections en Équipe de France entre 1957 et 1968.

Monique AUTHIER-BAULU

 

 

les Réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
07/03 >
26/02 >
26/02 >
20/02 >
19/02 >
05/02 >
17/12 >
01/12 >
29/11 >
09/10 >
07/10 >
30/09 >
18/08 >
14/07 >
24/06 >
17/04 >
08/04 >
06/03 >
27/02 >
21/02 >
Les derniers inscrits
Guy  CONNAN 
  Marathon 


Jean-Pierre FORESTIER 
  Demi-fond 


Alain LABBE 
  Perche 


Alain DEPESSEMIER 
   Demi-fond 


Guy TAILLARD 
  Demi-fond 


Maguy NESTORET-ONTANON - Sprint 


Gabriel BORDIER 
  Marche 


Camille AURRIERE 
  Marche 


Jean-Claude BARBET 
  Demi-fond 


Annick CLOUVEL-MICHON 
  Fond 


Pascal CLOUVEL 
  Demi-fond / Fond 


Christiane LE STUM-CADIC  Sprint 


Véronique RENTIES 
  Demi-fond 


Jean-Louis PRIANON 
  Demi-fond 


Bruno PLACZEK  
  Fond 25 km 


Christian HOLOFFE  
  Steeple 


Simone GRIMAL-HENRY 
  Sprint 


Bertrand COTTINI 
  Entraîneur 


Jean-Marc BRIET 
  110m haies 


Joël RIQUELME 
  Demi-fond 


Guillaume  PHILIPPON 
  Fond 


Philippe DIEN 
  Demi-fond 

     Toi  aussi ,    

  Rejoins nous ! 

Bulletin d'inscription

Athlétisme : ses valeurs

L’Athlétisme
est un humanisme

Les qualités et principes
qui gouvernent
la vie des athlètes
s’appliquent à tous

Règles de vie

Code de moralité

Sociabilité

Rencontres

Échanges

Découvertes

Éducation

Émulation

Ambition

Intégration

Amitié

Loyauté

Esprit d’équipe

Générosité

Solidarité

Tolérance

Ténacité

Vérité

Humilité

Élégance

Intelligence du corps

Courage

Énergie

Combativité

Goût de l’effort

Culture du sport

Émulation

Volonté de progresser

Rigueur

Quête de l’excellence

Quête de la perfection

Dépassement de soi

Confiance en soi

Affirmation de soi

Construction de sa personnalité

Santé mentale

Santé physique

Estime de soi

Reconnaissance

Respect des adversaires

Champion dans le sport

Champion dans la vie

Sens de l’aventure

Engagement

Responsabilité

Autonomie

Audace

Esprit d’initiative

Maîtrise de la pression

Maîtrise de ses émotions

Maîtrise de sa concentration

Maîtrise de ses objectifs

Maîtrise de son effort

Maîtrise du temps

Maîtrise de l’espace


 

 

... A suivre
L'actu des espaces
Le GIFA sur facebook
Le GIFA sur facebook
Les Espaces

  Athlètes un jour... Amis toujours !  

SITES AMIS

Les copains du Bataillon de Joinville

Les copains du Bataillon de Joinville

______________